Passer au contenu

/ Prix et distinctions

Je donne

Rechercher

Michel Chrétien

2015 - L'Université de Montréal s'illustre aux Prix du Québec

Michel Chrétien.

Les professeurs émérites Marcel Boyer et Michel Chrétien ainsi que le professeur retraité Pierre Demers ont obtenu un Prix du Québec, la distinction la plus prestigieuse accordée par le gouvernement du Québec pour souligner une carrière et une contribution exceptionnelles dans une discipline.

L'endocrinologue Michel Chrétien obtient le prix Wilder-Penfield

Pionnier de la théorie des prohormones, l'endocrinologue Michel Chrétien a consacré sa carrière aux sciences biomédicales. Il a jeté les bases d'un chapitre moderne de la biologie et apporté une lumière nouvelle sur les causes de plusieurs maladies, ce qui a permis de mettre au point des thérapies révolutionnaires.

Diplômé de l'Université de Montréal et professeur à la Faculté de médecine pendant 25 ans, le lauréat du prix Wilder-Penfield a l'intuition qu'une meilleure connaissance de la chimie des hormones ferait de lui un endocrinologue plus compétent. Il entreprend donc des études aux cycles supérieurs dans des universités étrangères de renom, dont l'Université Harvard et l'Université de Californie à Berkeley. C'est en 1967, alors qu'il est assistant de recherche à Berkeley, qu'il propose la théorie des prohormones. Quarante-huit ans plus tard, sa théorie continue d'atteindre de nouveaux sommets.

«Ce paradigme est devenu le thème central de mes recherches et m'a dirigé vers des horizons inattendus en sciences de base et cliniques», résume M. Chrétien.

En 1990, à la tête d'une équipe de chercheurs, Michel Chrétien découvre des enzymes aux applications dans des champs aussi variés que le diabète, l'obésité, le cancer, les infections et le métabolisme du cholestérol.

Un parcours exemplaire

Sans négliger ses activités de recherche, le Dr Chrétien prend une part active à la vie universitaire québécoise, canadienne et internationale. Il a été directeur scientifique de l'Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM) pendant 10 ans. Parallèlement, il a enseigné la médecine à l'Université de Montréal jusqu'à la fin des années 90. Il est actuellement chercheur émérite à l'IRCM et à l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa.

Avec un réseau composé de 250 scientifiques originaires de 40 pays, le Dr Chrétien cofonde en 2004 le Consortium international sur les thérapies antivirales, une organisation vouée à la découverte de nouvelles thérapies accessibles à tous sans égard aux frontières et aux considérations tant géopolitiques qu'économiques. Au fil des ans, il noue des relations avec plusieurs instituts chinois, travail de longue haleine qui lui a valu une nomination à titre de professeur émérite de l'Académie chinoise des sciences médicales.

Chercheur estimé, Michel Chrétien est invité à prononcer des conférences aux quatre coins du monde, de l'Amérique du Nord à l'Asie en passant par l'Europe. Sa production scientifique a également de quoi surprendre : septième Canadien le plus cité dans la littérature scientifique mondiale de 1981 à 1990, il a à son actif près de 600 articles parus dans les revues savantes.

Vers le milieu des années 70, le Dr Chrétien prépare pour le ministre de la Santé du Québec un mémoire qui prône la création, par le Fonds de recherche du Québec en santé, d'un programme de chercheurs-boursiers. Aujourd'hui, ce programme phare accueille près de 400 lauréats annuellement.

Puis, en 1986, en réponse à l'invitation de la Société royale du Canada, il accepte la présidence d'une commission formée pour évaluer les ravages de l'épidémie du sida. Secondé par une trentaine d'experts de diverses disciplines, il produit un rapport contenant 48 recommandations, qui ont progressivement été adoptées par les différents ordres de gouvernement.

La qualité et la portée des travaux de Michel Chrétien lui ont valu de nombreux honneurs scientifiques. Élu officier de l'Ordre national du Québec et de l'Ordre du Canada, il a récemment été promu officier de l'ordre national de la Légion d'honneur de la République française. À ces nominations s'ajoutent de multiples distinctions et cinq doctorats honorifiques, dont un de la prestigieuse Université Paris Descartes. Fait notable, il est aussi le premier médecin canadien-français à avoir été désigné fellow de la Société royale de Londres, l'une des plus hautes récompenses pour un scientifique, toutes disciplines confondues.

Encore très actif à l'aube de ses 80 ans, le clinicien-chercheur, dont le processus de réflexion ne s'interrompt jamais, codirige une petite équipe à l'IRCM. Celle-ci concentre ses travaux dans des domaines d'intérêt, comme la génétique humaine, les maladies cardiovasculaires, la maladie d'Alzheimer, la malaria et le virus Ebola.

C'est dire à quel point Michel Chrétien, modèle de persévérance dont l'œuvre engagée suscite l'admiration, continue à jouer un rôle important dans le paysage canadien et québécois de la recherche, exerçant une influence internationale qui se conjugue aisément au passé, au présent et au futur.

Source : UdeMNouvelles